epicentre installation (2005)

Pour réaliser ce dessin mural, il faut tout d’abord fabriquer ses outils: des demi-sphères en plâtre, grandes comme des supports à œuf pour frigidaire. Celles-ci viennent par la suite se coller au mur selon un réseau de cercles concentriques et de rayons se croisant en leur centre. Puis un jeu de rythmes se met en place selon leur disposition et l’espace rencontré. Cette installation révèle l’architecture du lieu, ses matériaux, son histoire, sa fonction. Ici, il s’agit d’une ancienne usine edf, aux volumes imposants et géométriques. //////// Dans une idée de propagation et d’envahissement de l’espace qui s’affirme en tant que décor et s’impose en tant qu’expérience, ce dessin mural reprend les données du bâti pour en planifier et en organiser le territoire en une sorte de chaos tranquille. //////// Ici, la photographie fait office de «certificat de présence», selon la définition de Roland Barthes.

1500 demi-sphères en plâtre collées au mur. 10x4 m