icare vidéo (2007)

Cette vidéo est la mise en mouvement d’une sculpture qui devient image. La construction s’anime mais reste immobile durant un interminable plan fixe. Rien d’autre ne se passe que ce qui est vu dans ses premières secondes, l’attente est vaine, la frustration croissante. Contrairement à ce que l’on pourrait attendre les disques ne se mettent pas, eux non plus,  à tourner. Une relation s’établit entre le son machinique fluctuant et la rotation aléatoire des éléments colorés, le premier provoquant le second et pouvant être produit par l’objet hybride présenté. ////////Jouant d’une certaine poésie contemplative, cet objet surréaliste, ce «machin» comme le définirait Fischli et Weiss, parait doté d’une vie propre s’adressant à l’imaginaire et non au monde pratique qui n’arrive pas à le faire fonctionner.

Vidéo numérique couleur sur moniteur, son stéréo, en boucle.