Lorina, Edith et Alice installation (2016)

Lorina, Edith et Alice se côtoient, se jaugent, se mesurent. Elles tissent un dialogue muet, entre abandon et attente. Elles rejouent, miment et imposent le décor d’un espace de jeu déserté. Entre ruines et inventions fictionnelles, ces trois sculptures repensent les objets et matériaux de notre quotidien. Dans une atmosphère de parc urbain pour enfants, elles dessinent dans l’espace des formes, des lignes et des mouvements qui s’entrechoquent. Lorina oscille entre la balançoire et le pendu, Edith se répend sur le sol pour mieux y disparaitre, tandis qu’Alice masque son déséquilibre à travers trois anneaux gonflables./////// Lorina, Edith et Alice ont pris pour titre les prénoms des filles du doyen Henry Liddell. Ces trois soeurs, et surtout Alice, ont lors de leurs longues promenades, inspiré Lewis Caroll notamment dans l’écriture de Alice aux pays des merveilles et De l’autre côté du miroir. Présentées ici comme une galerie de personnages un peu retors, elles recréent un paysage qui se confronte à l’absurde et au bizarre. Les sculptures se signalent par leur inquiétante étrangeté, leur impraticabilité voire leur réelle dangerosité.

triangle métal, corde, sac de graines    90 x 10 x 270 cm