×

CLIMATE CANARY

Par Frédéric Montfort

On le sait bien, les artistes sont des prêtres laïques. Leur tâche consiste à tracer un cercle sur le sol et indiquer à la communauté l’unité qui la fonde. Cette unité prend racine dans notre environnement immédiat ; les dieux sont d’abord les dieux locaux, les dieux du pays — de sorte qu’on a pu quali er certaines religions de païennes (de paganus, « du pays »).
Notre Athéna stéphanoise, centre situé à la périphérie formée par la voie ferrée, c’est évidemment le crassier. Étrange déesse…

Lire la suite

LES JEUX D’ALICE

Par Ivonne Manfrini

Sur le mode d’une légère dérision pleine de profondeur, les propositions d’Aurélie nous invitent à explorer un monde de paradoxes générateurs de micro-fictions. Il y a le Vs Park (2012), un petit peuple de formes colorées répandues sur un sol circonscrit. Ce sont des cages à rongeurs désertées par leurs habitants, une densité chaotique, éphémère évoquée par le matériau du quotidien le plus envahissant, le plus nocif, le plastique. 

Récupération et réemploi toujours, deux gestes constants…

Lire la suite

TRIPOD OU LA REALITE MISE A L’EAU

Par Ludivine Zambon

« Tripod ou la réalité sortie de l’eau » est une scène aquatique dans laquelle Aurélie Menaldo nous invite à rentrer.

Dans ce théâtre, on croit reconnaître des objets, on croit les avoir déjà croisés, hier, à la maison, dans notre quotidien, dans l’appartement de notre voisin. On croit pouvoir les nommer avec notre vocabulaire mais, immédiatement, on les perd et ils nous échappent. 

L’assemblage, la mise sous vitrine, le dessin, décalent et aliènent les formes, les poussent dans…

Lire la suite

IN VIVO

Par Garance Chabert

« Je me sens toute drôle » dit Alice, «on dirait que je rentre en moi-même et que je me ferme comme un télescope.»

Elle s’aventura dans le long tube transparent aux reflets de plastique irisés. A petits pas, elle s’avança prudemment dans l’entrée horizontale du tunnel baignant dans une attrayante lumière verte. Elle se laissa ensuite glisser en douceur le long d’une pente bleue puis jaune. Alice s’arrêta un moment dans une capsule rouge d’où elle admira la vue panoramique sur la salle…

Lire la suite

PORTRAIT DU SPECTATEUR EN FUNAMBULE

Par Ivonne Manfrini

« …il n’y aura personne ici pour me gronder si je m’approche trop du feu. Oh ! comme ce sera drôle, lorsque mes parents me verront à travers le Miroir et qu’ils ne pourront pas m’attraper ! »
Lewis Carroll

Cosimo monta jusqu’à la fourche d’une grosse branche, où il pouvait s’installer commodément, et il s’assit là, les jambes pendantes, les bras croisés les mains sous les aisselles, la tête rentrée dans le cou, le tricorne enfoncé sur le front (…) -  Oui, mais moi je ne descendrai…

Lire la suite